imprimerie casablanca parapharmacie maroc
Accueil / Définition et historique de la finance islamique

Définition et historique de la finance islamique

 1128595-1446891

  •  Origine au VII siècle, avènement de l’islam
  •  Renouveau de la finance dans les années 50-60
  •  Piligrims’ Administration and Fund (Tabung Hadjji) en Malaisie (1956) et l’expérience de MitGhamr en Egypte (1963).
  •  2 expériences différentes :

– Tabung Hadjji, impulsé et financé par les autorités publiques Malaisiennes, était dédié à investir les ressources collectées auprès d’un grand nombre de petits épargnants dans des grands projets industriels, agricoles ou de construction

– le MitGhamr, qui relevait d’une initiative entièrement privée, était composé de petites coopératives d’épargne/investissement qui opéraient dans les régions agricoles du nord de l’Egypte. L’objectif de leur fondateur, Ahmed al Najjar, était d’assurer l’intermédiation des ressources financières entre épargnants et petits investisseurs locaux.

Grandes dates de la finance islamique

  • 1963 : naissance des principes financiers islamiques en Egypte. La Mit Ghamr Saving bank propose des comptes épargnes basés sur le partage des bénéfices et non des produits.
  • 1970 :L’Organisation de la Conférence Islamique est créée et lance l’idée de la banque islamique.
  • 1974 Avènement de l’Islamic Development bank la BID organisation multilatéral comprenant 56 pays membres à pour vocation d’apporter son concours aux PVD et PMA (26) et PMMA (6) sous forme d’aide au développement, et avec des techniques de financements islamiques, qu’il s’agisse de financer le commerce extérieur, de lutter contre la pauvreté, de financer certaines infrastructures (routes, Barrages hydro-électrique..) et certains projets sociaux comme la construction d’écoles ou de centre de santé.
  • 1975 :Création de la banque islamique du développement, et naissances de banques islamiques telles que la Dubai Islamic Bank, la Kuwait Finance House et la Bahrein Islamic Bank.
  • 1979 et 1981 et 1983 islamisation totale des systèmes financiers des pays du Soudan, Pakistan, Iran:
    1979 : Le Pakistan islamise son secteur bancaire.
    1983 : le Soudan et l’Iran convertissent aussi leur secteur bancaire.
    Nombreux sont les pays islamique du Golfe et de l’Asie qui ont suivi (Arabie,Emirat,Indonésie,Malaisie…)
  • 1980-2000 Développement de la FI en Asie du sud est et au Moyen Orient
  • 2000-2008 Développement de la FI en Europe et au Moyen Orient, Asie du Sud Est, Afrique du Nord, autant dans les banques islamiques que les banques traditionnelles ( HBSC, Deutsche, UBS, IBB, EIB..)
    Le Royaume-Uni est aujourd’hui le leader du développement de la finance islamique en occident…

LES SHARIAH BOARDS GARANTS DES PRODUITS ISLAMIQUES
• Les Conseils sont formés de docteurs en religion islamique (Sharia scholars) qui ont tous une compétence avancée en matière bancaire et financière.( juristes spécialisés en FIQH AL MOUAMALAT et en FINANCES et/ou ECONOMIE)

• Les Conseils sont obligatoires dès qu’une institution financière (Banque ou Assurances) prétend distribuer des produits financiers islamiques.

• Les Conseils ne sont pas permanents, mais se réunissent périodiquement, afin d’examiner la conformité des produits et des process.

• Le comité comprend en général de 4 à 7 membres.
• Le comité comprend généralement des oulemas des 4 Munhab :
– Hanafi ( Asie centrale, notamment au Pakistan,Turquie… )
– Hanbali ( Moyen Orient notamment Arabie Saoudite )
– Maliki ( Afrique notamment : Maroc, Mauritanie,Algérie,Tunisie, Lybie, Sénégale, Mali ..Emirats Arabes Unis )
– Shaf’ii ( Asie du Sud Est notamment Malaisie )

Les 4 questions que se pose le comite devant toutes transactions (P.Moore)
1- Les termes de la transaction sont ils conformes a la Shariah ?
2- Est-ce le meilleur investissement pour le client?
3- L’investissement envisagé produira t il de la valeur ajoutée pour le client ? Pour la communauté ? Pour la société dans lequel le client est actif ?
4- En tant que gestionnaire de fonds, la banque effectuerait elle la transaction de la même manière qu elle le ferait si elle agissait pour son propre compte ?

La finance islamique fait partie des finances éthiques et de l’ ISR (investissement socialement responsable et en plus religieusement engagé).